Un jour je regretterai peut-être d’avoir écrit cela, mais tant pis: il y a des jours où la joie semble plus forte que tout, et je ne sais rien faire d’autre que d’être heureux. Voilà. C’et tout, heureusement.

Un jour je regretterai peut-être d’avoir écrit cela, mais tant pis: il y a des jours où la tristesse semble plus forte que tout, et je ne sais rien faire d’autre que d’être triste. Voilà. C’et tout, malheureusement.

Il avait décidé de ne pas aller voter. Il passa la journée à la pêche et revint avec une truite qu’il nomma Premier Ministre. Qu’il mangea ensuite afin qu’elle ne fut pas pêchée pour rien. La nuit, la truite lui parla. « Cher concitoyen… ». Rien ne les arrête.

Smif conduisait la voiture, c’était lui, le chauffeur. Nous regardions (légèrement) le paysage, faisions pipi aux haltes prévues, le plein aussi, à la demande, ou lavions les vitres. Nous étions là quand il le fallait. S’il le fallait. La vie allait, nous allait. Puis vint la panne. Et Smif nous a dit « Faut pousser les gars ». Nous voyageons depuis en poussant la voiture. Nous demandons de temps en temps à Smif : « A quoi sert une voiture s’il faut la pousser ? » La réponse est qu’il n’y a pas d’autre moyen de faire du 30 km/h dans les descentes tout en étant protégé de la pluie. Oui, Smif. Très certainement. Dans les descentes, nous sommes protégés de la pluie.

C’est un phénomène unique. Nous n’en avions jamais observé de pareil. Il semble qu’aucun collègue, nulle part dans le monde, n’en ai jamais observé non plus. Avant-hier, à 20.32, heures de Houston, un satellite chinois est sorti de son orbite. C’est un satellite passif similaire à ceux construits par les pays européens. Ce satellite ne dispose d’aucun système de propulsion. Il avait été déposé sur cette orbite il y a 7 ans et n’avait aucune raison d’en sortir.

C’est un phénomène étrange et qui nous questionne. Cela concerne les bases de nos connaissances qui sont aujourd’hui ébranlées. Nous n’avons à l’heure actuelle aucune idée de la direction prise par ce satellite, nous ne savons même pas où il est. Mais surtout, surtout, nous ne savons pas du tout pourquoi il a quitté sa trajectoire.

Youri dit que c’est un événement qui mêle science et poésie. Youri est un de mes collègues, il est russe. A vrai dire, c’est mon collègue préféré. Et Youri est un fameux poète. En tant que scientifique, nous nous questionnons sur les raisons de cet événement. Youri, lui, se questionne aussi sur son sens. J’ai beau lui dire, Youri, une sortie d’orbite n’a pas de sens. Il prétend que si.

Ce matin, il m’a écrit ce mail : « Alan, je suis malade et pas dormi de la nuit. Je reste chez moi ce matin. Je travaillerai dimanche pour rattraper le retard. De toute façon, tout le monde parle de ce satellite au bureau. Alan, et si les sorties d’orbite étaient contagieuses » ?

Voilà. Je n’arrive pas à dormir cette nuit. Je me demande ce que veut dire le message de Youri, qui n’est pas revenu au bureau dans l’après-midi et ne répond plus à son téléphone. Je suis passé vérifier après le boulot, mais il semble qu’il ne soit pas chez lui. Tout est éteint, sauf à la cuisine, mais Youri laisse toujours une lumière dans cette pièce. Pour les voleurs. Je n’arrive pas à dormir, je pense à cette affiche chez lui, dans la cuisine précisément. C’est une photo, prise du ciel, d’une énorme gare de triage en Allemagne, à Munich je crois. Il dit toujours de cette photo : comment veux-tu choisir ton chemin là-dedans ?

Il prit ce genre de décision idiote. D’écrire qu’il écrirait tous les jours à nouveau. Il se mit au défi. Alors que personne ne vient rien lire ici. A part lui. Que donc personne ne pourra l’excuser. A part lui. Ce qui ne vaut pas. Il prit ce genre de résolutions. D’être décembre en mai.